Faune et Flore

Une flore et une faune adaptées à un milieu sahélien ...


Almadeina

C'est la datte reine de la palmeraie, celle qui fait sa renommée, mais aussi celle qui est à l'origine de la création de la petite ville. Elle serait venue de Médine amenée par des Chérif qui trouvèrent en ce lieu, la même terre que celle de Médine et s'y installèrent. De couleur brun rouge foncée, plutôt courte lorsque les pluies sont faibles, elles peuvent être assez grosses lors des bonnes saisons pluvieuses. Elle est abondante, un jardin sans Almadeina n'est pas vraiment un jardin pour les Isawaghen d'In Gall. Très sucrée elle ne rend jamais malade.

Accèdez à la carteAu-delà des jardins, c'est le palmier dattier qui a toujours l'attention des jardiniers phoeniciculteurs. Même si le maraîchage tend à se développer, il reste encore marginal dans l'économie de la palmeraie malgrè un réel potentiel, si tant est que les pluies le permette, car la priorité de l'usage de l'eau est pour les dattiers.

A proximité d'In Gall, les jardins d'Aboraq ont développé une originalité dans leurs modes de cultures, autour des cucurbitacées, entre nomadisme et sédentarité.

Cet article tente modestement de présenter les différents faciès des plaines de l'Ighazer. Les plaines sont monotones et il faut souvent sortir des sentiers pour trouver des richesses floristiques. Des protubérances rocheuses aux Oueds ou se sont développées de rares palmeraies, la durerté du climat exprime partout sa force, la biodiversité s'y adaptant dans le smoindres recoins ...

La tête au soleil les pieds dans l'eau, ce n'est pas seulement nos vacances, c'est aussi le milieu de prédilection des dattiers, dont on décourvrira ci-contre une présentation ludique. Son origine Persane en fait un arbre étroitement lié aux religions monothéistes. Au Niger, il est de tous les évènements sociaux festifs (mariages, naissances, etc.) où l'on distribuera son fruit en remerciant les croyants venus réciter des prières collectives, mais aussi sous forme d'aumône pour les nécessiteux. Ou encore lors des fêtes comme le Bianou et le Mouloud ou l'on se pare de ses feuilles pour la grande parade.

L'animal d'élevage est la banque de la famille nigérienne. Lorsque l'on dispose d'argent on le place rapidement en achetant des animaux d'élevage que l'on va engraisser. Ces animaux seront ensuite revendus aux grès des besoins de la famille. Besoins alimentaires bien sur, mais surtout besoins en actes sociaux. La famille doit honorer des traditions coüteuses en cheptel animal : mariage, décès, naissance, tous les évènements familiaux nécessitent d'égorger un animal en plus des fêtes traditionnels musulmanes qui elles aussi mettent à mal le compte bancaire des familles.

Cette liste a été élaborée entre 2000 et 2003 en toute saison, essentiellement dans les jardins d'In Gall et la brousse alentour. La détermination n'a pas été toujours simple pour un botaniste amateur et on prendra quelques précautions dans son analyse. Les plantes bien connues des populations possèdent le plus souvent un nom vernaculaire local qui assure un peu plus l'identification, alors que celles qui n'en ont pas peuvent être moins certaines. Par ailleurs on utilise ici plutôt les noms vernaculaires des Issawaghen qui peuvent être différents de ceux des Touareg, sachant que, selon les régions et interlocuteurs, il peut aussi y avoir des variances. De plus, la plupart des populations locales font peu de différences dans un genre comme ''Aristida'', qui se nomme le plus souvent ''Alémoz'', alors que le botaniste sera plus friand de spécifications. On remarque enfin que dans les noms vernaculaires, les Issawaghen empruntent les noms au Tamacheq pour les plantes locales, alors que les plantes du sud ont un vernaculaire le plus souvent en langue Haoussa.

Plusieurs strates composent la végétation des jardins, la strate arborée où le palmier dattier domine, parfois avec le Gao (Acacia albida), la strate arbustive composée de fruitiers et d'arbustes de brousse, enfin la strate herbacée composée notamment de rudérales. Dans ces différentes strates les plantes potagères trouvent leur place et le jardin s'organise autour de la gestion de l'eau.

A ce niveau, nous listons les espèces que nous rencontrons plus communément dans les jardins mais que l'on peut retrouver aussi en brousse. Une table récapitulative des espèces est proposée dans la Florule d'In Gall. Nous tentons également d'en donner les principaux usages.