Société - Les communautés

Les Peulhs Wodaabé

curesalee2010Les Peuls sont un peuple qui habite toute la bande Sahélienne. Seule une partie d'entre eux, les Wodaabés, ont gardé leur mode de vie nomade. La majorité des Wodaabés vivent au Niger. On les voit aussi à Ingall. Certains groupements ont leur terroir d'attache dans les environs, d'autres passent par là comme beaucoup de nomades à la recherche des pâturages salés. Ce sont les derniers arrivants de la plaine de l'Ighazer au milieu du 20ème siècle, la progression de l'agriculture dans le sud du pays les obligeant à chercher des pâturages de plus en plus vers la Nord. Durant les grandes sécheresses des années 70, ils quittèrent l'Ighazer pouir revenir y nomadiser, voire s'y sédentariser dans les années 80.

Les Peuls Wodaabé effectuent un nomadisme du Nord Nigeria juqu'au Nord Niger, en saison des pluies ils quittent les zones cultivées pour faire pacager leurs troupeaux dans les patures salés du Nord de Ingall, après les récoltes ils redescendent sur près de 1 000 km.

Pendant la fête officielle de la Cure Salée à Ingall, ils enchantent les touristes avec leurs danses traditionelles spectaculaires, le Yaake. Cette période de fête est l'occasion de mariage et du Gerewol (fête des Peulhs).

Le Yaake, les yeux qui roulent

Le Yaake peut durer des heures chaque jour, les hommes dansent et chantent sous le soleil. Certains des hommes ont un tour dans leur sac : ils boivent un thé d'écorce fermenté, qui a un effet hallucinogène, mais aussi permet aux hommes de danser pendant des heures.

Le Gerewol est un concours de beauté, mais il est aussi un rituel de cour, comme l'apparat mène souvent à flirt et potentiellement à mariage. Dans la culture Wodaabe, la beauté est primordiale, et les femmes sont libres de prendre des maris supplémentaires, à condition qu'ils soient de bonne mine, dans l'espoir qu'ils puissent porter des enfants plus attrayants. De même, les hommes plus attrayants ont tendance à avoir de nombreuses partenaires. Il n'y a pas deux poids deux mesures à cet égard, et le rituel Gerewol est une expression de leur honnêteté et ouverture culturelle.

Les hommes Wodaabés se peignent le visage, habituellement en rouge ou jaune avec des accents blancs et noirs, qui servent à mettre en valeur la symétrie dans les traits du visage, quelque chose que les femmes Wodaabés apprécient fortement. Les hommes Wodaabés ont des costumes de cérémonies traditionnelles, qui, en fonction de la tribu, peuvent être constituées de belles étoffes colorées, de perles et coiffures à plumes, et les enveloppes de cuir ou de jupe. Les hommes chantent et dansent pour impressionner les juges de sexe féminin, une sorte de danse en ligne, où les hommes épaule contre épaule, se balancent aux chants hypnotiques. les plumes volent, les pieds frappent du pied, les cloches sonnent et les visages sont tirés. Alors que les Occidentaux pourraient voir ces visages comme quelque chose que l'enfant ferait "idiot", les Wodaabe croire qu'il s'agit d'un affichage de la beauté. De grands yeux blancs et lumineux, dents blanches sont également considérés comme des caractéristiques attrayantes chez les Wodaabés, en roulant et clignant les yeux, sourire est juste une façon de mettre l'accent sur ​​ces traits.