La ville de Ingall - L'habitat

Rues et ruelles

La ville ancienne de Ingall est composé de ruelles étroites ou un véhicule ne peut pas passer. Les concessions sont ainsi étroitement serrées comme si le village voulait se protéger. Elles forment un véritable labyrinthe pour celui qui ne fait que passer. Avant la colonisation, et même durant, les razzias des nomades dans les villages de sédentaires étaient récurrentes. Le village ainsi s'organise dans une unité solidaire, pour limiter les intrusions.

Au fil des ans les maisons de terre doivent être réparées, alors on rapporte régulièrement de la terre (des argiles) pour refaire les façades. Les pluies orageuses grignotent deux mois par an ces argiles qui se solidifient dans les ruelles. Ainsi dans les  quartiers les plus anciens on descend une à deux marches pour entrée dans la maison. Alors est-ce la ville qui a créée la butte où repose le village ou ce dernier qui s'est, année après année surélevé ?

Surement les deux, en effet la vieille mosquée qui est le première créée à ingall est positionnée sur le point le plus haut du vilage. Elle a été cimentée en façade que récemment.

Les anciens quartiers sont : Agafaye, Akoubla, Agazirbéré, Tazaikoyo, Iguiwantalak, Bourgou, Langoussoun Bené, Ataram, Téguef Koyo.
 
ruelle0  ruelle1  ruelle5 
ruelle3  ruelle4  ruelle2
 

Cahette

Suite aux exactions que subissent les Issawaghens par les Touaregs armés de sabres et de lances, ils ont fuit du village pour se réfugier à Tabzagor vers Mararaba. Ils décident de revenir une nuit constatant une accalmie dans la zone. Cette fuite est historique car, un enfant est née dans ce village et prend le nom du village Tabzagor. Cette personne aujourd’hui décédée dans les année 1980 que la plupart des gens appellent Abzo de son vivant habitait à Agazir Beré.

Par crainte que les Touaregs ne leur arrache leur biens précieux comme l’or, les Issawaghens enfouirent des canaris en banco cuite dans des murs. Il ne les récupère que lors des cérémonies de mariage ou de baptême et la recache aussitôt après les cérémonies. Même après leur fuite ces biens reste cachés.

 

livreManoir d'argile - G. Calame Griaule Journal des africanistes, Année 1992

livreRecherches sur les centres urbains d'Agadez et d'In Gall - S. Bernus - Revue de l'Occident musulman, Année 1972