L'Epipaléolithique

en cours de réécriture

 

Capsiens et Ounaniens

pointeounanA cette époque des prémices du Néolithique, la plaine de l'Ighazer peut être considérée comme une zone de confluence, ou va s'exprimer une influence septentrionale avec les capsiens, ancêtres des berbères, et une influence méridionale moins connue de chasseur pasteurs négroïdes, venus de la vallée du Nil au Soudan actuel.

 

Les capsiens seraient issus d'une influence proche orientale et occupèrent une partie du Sahara septentrional (Tunisie et Algérie), favorisant le replis des mechtoïdes dans l'ouest maghrébins. Ils nous ont laissé des escargotières, remplies de coquillages et de mollusques qu'ils consommés abondamment. On en retrouve aux bords de la vallée de l'Azawagh daté de 8 500 BP, ce qui leur donnerait un influence à travers tout le Sahara, mais trop peu d'études permettent d'être affirmatif. Ce régime alimentaire était complété par la chasse (porcs, boeufs, chêvres) et la cueillette d'asperge sauvage et de fenouil entre autres. Cette civilisation décorée les oeufs d'autruche qui leur servaient de contenant et étaient le signe de la fécondité, tradition encore vivace chez les sahariens. Certains font des apparentements entre ces décors et les décors des berbères qui ont une spécificité artistiques géométriques. Ils possédaient une industrie microlithique très raffinée. Ils se peignaient le corps avec les traditionnels ocres que l'on retrouve dans tout le Sahara, et portaient des colliers de perles. Les Capsiens sont du type méditerrannéen, et seraient à l'origine des proto-berbères, et peuvent être considéré comme la tête de la lignée berbère en Afrique du nord, dès 7 000 avant J.C et jusque vers 5 000 av J.C au Sahara méridional..

L'Atérien et le Néolithique sont aussi séparés par une période ounanienne, ou civilisation épipaléolithique. Nombre de site en Ighazer possèdent des pointes d'ounan qui sont caractéristiques de cette période. On en retrouve également en Aïr. Quelques sites importants, difficiles à rattacher directement au Néolithique ont aussi été classés sites épipaléolithiques par leurs inventeurs. Il s'agit des sites de l'Adrar N'kiffi et de Temet respectivement datés de 7.300 et 9.500 ans BP, leur particularité étant d'avoir une industrie fortement microlithique où la céramique paraît encore inexistante. Les Ounaniens sont des négroïdes robustes, chasseurs, ceuilleurs, mais aussi pêcheurs parce qu'on a retrouvé beaucoup de harpons en os. Au début du néolithique, ils occupent presque tout le Sahara central et méridional. Les techniques de chasse se font aussi plus précises, ils choisissaient sûrement leur cible, et parquaient les animaux. Ce sont des chasseurs cueilleurs, des populations négroïdes qui proviennent très vraisemblablement du Soudan actuel, à la faveur du retour d'une phase climatique humide vers 12 000 BP. La zone de l'Ighazer a également pu connaître une autre influence issue de la forêt équatoriale qui amena l'arc à flèche.