Les mosquées et cimetières

La mosquée est généralement le premier édifice construit pour matérialiser la naissance d'un village, d'une ville. In Gall n'échappe pas à la règle, sa naissance est liée à l'installation d'Isherifen qui lorsqu'ils décidérent de s'intaller là, délémitairent la première mosquée. C'est aujourd'hui la "Vieille mosquée" qui par ailleurs trône sur la plus haute butte de la ville.


Les mosquées

Temizguida, la mosquée en Tamasheq et Tassawaq. L'ancienne mosquée historique fut construite, selon les anciens, par un marabout à l’aide de l’eau transportée dans la bouilloire des ablutions. Ce marabout a transporté l’eau avec sa bouilloire pour tous les travaux, de la fabrication des briques jusqu’à la fermeture du toit. C’est dans cette mosquée que se déroulent les prières quotidiennes des quartiers Agafaye, Agazir Béré, Téguef Koyo et une partie d’Attaram. Après les prières de la Tabaski et du Carême, la plupart des fidèles se rendent dans cette mosquée pour implorer le tout puissant de descendre sa miséricorde sur la ville et le pays en général. C’est la création de cette mosquée qui a permis aux Isherifen et aux Imisdraghen de conclure un accord selon lequel le chef de village est nommé parmi les Isherifen et l’imam parmi les Imisdraghen. Cela est respecté jusqu’à ce jour. Les Imisdraghen, plus riches à l’époque, fournissent une monture aux Isherifen. Pus tard les liens de mariage dans la communauté renforce son unité.

A cette ancienne mosquée s’ajoutent plusieurs autres mosquées :

- la mosquée du vendredi ou grande mosquée, où les musulmans de la ville d’Ingall et des villages environnants prient chaque vendredi vers 14 heures. De même les fidèles d’Attaram et ceux qui sont de passage aux heures des prières y prient quotidiennement.

- quartier Attaram : mosquée de Abdoul

- quartier Sabon Gari : mosquée de Mallam AlamineKollo, Mahmoud Attachi, Omi Abbo, Mahmidou, Zaïlani Malla Ghali.

- quartier Toudou : mosquée de Hamadan, les Arabes et Toudou

- quartier Itirman : mosquée de Acheh, Fantak et Abdo

- mosquée du marché : commerçant et gens de passage

- une mosquée de plein air existe aussi à l'est du village, elle sert à chaque Tabaski où plusieurs centaines de personnes se rassemblent pour prier.

  • 2009_GrandeMosquee_00
  • 2009_GrandeMosquee_01
  • 2009_Mosquee_Attaram_01
  • 2017_Mosquee_Agala_01
  • 2017_Mosquee_Agala_02
  • 2017_Mosquee_Agala_03
  • 2017_Mosquee_Agala_04
  • 2017_Mosquee_Agala_05
  • 2017_Vielle_Mosquee00
  • 2017_Vielle_Mosquee01

Les cimetières

Ingall possède plusieurs cimetières tous musulmans.

- Izikwen Tagalengalat (cimetière de reste de la boule), cimetière historique d’Ingall qui se trouve dans le quartier Itirman.

- Asrar : le plus grand cimétière d’Ingall se trouve au sud-est Ingall. Dans ce cimetière chaque côté correspond à un groupe des Issawaghens : à l’Est , on enterre les Issherifens, au Sud, on enterre les Imisdraghens, au Nord, les gens d’Attaram, à l'Ouest, les étrangers

- Taborak : les étrangers

- Taggour In Takashwar : les étrangers.


La légende

Les Touaregs qui sont venus rendre visite aux Issawaghens jouaient le Tindé dans la nuit. Ils disent maintenant « Kidibdib » (son du Tindé) demain « kisibsib » (bruit des sabres). Ceux qui leurs ont apporté la nourriture ont informé les Issawaghens de l’intention de leurs hôtes. Les marabouts se réunissent dans la même nuit dans la mosquée et ont récité des versets du coran sur la boule (mélange de mil et de lait) qu’on apporta le matin aux Touaregs.

Après avoir buent la boule, le reste de la boule au fond de la calebasse appelé « Tagalengalat » fut le drame. Chacun voulait la boire, ainsi la bataille commença : ils s’entre-tuèrent. C’est de la qu’est né « Izikwen Tagalengalat ». Le pus grand marabout d’Ingall à l’époque appelé Makazo est pour quelque chose dans ce drame.

  • 2017_0618ingall
  • 2017_0619ingall
  • 2017_0620ingall
  • 2017_0621ingall
  • 2017_0622ingall
  • 2017_0623ingall
  • 2017_Tchimou0186
  • 2017_Tchimou0187